Est-ce une bonne idée de dormir avec son bébé ?

(Mis à jour le: 9 août 2019)

La naissance d’un enfant est un vrai bonheur pour les parents, et il est tout à fait normal de vouloir partager avec lui un maximum de temps. Les jeunes enfants demandent beaucoup d’attention et de soins, à telle point que certains parents dorment avec leurs enfants dans leur propre lit. Mais est-ce une bonne idée ? Si l’intention est louable, est-ce vraiment une bonne chose pour l’enfant ? Nous allons tout vous dire dans les lignes qui suivent pour répondre à vos interrogations.

Partage de chambre et partage de lit

Avant d’étudier la question, tout d’abord quelques définitions ce que l’on entend par « dormir avec son enfant ». La nuit, lorsque les parents et les enfants se situent dans la même pièce, les parents et leur(s) enfant(s) dorment en contact social ou physique étroit, ce qui signifie que chacun peut dire que l’autre est à proximité. Il existe alors deux possibilités :

  • Partage de la chambre: C’est lorsque les parents ont un berceau dans la chambre avec eux; un berceau, un berceau portable ou un terrain de jeu près du lit; ou un lit de nuit attaché au côté du lit parental.
  • Partage des lits: C’est le moment où les parents et les bébés dorment ensemble dans un lit. Cela a suscité des inquiétudes, car le partage du lit avec un nourrisson augmente le risque de décès liés au sommeil, y compris le syndrome de mort subite du nourrisson.

Découvrez comment donner son bain à bébé ?

Pourquoi certains parents partagent leur lit avec leur enfant ?

dormir avec son bébé

Les partisans du partage du lit croient – et certaines études confirment leurs convictions – que le partage du lit:

  • encourage l’allaitement en rendant l’allaitement nocturne plus pratique
  • le rend plus facile pour une mère qui allaite de synchroniser son cycle de sommeil avec celui de son bébé
  • aide les bébés à s’endormir plus facilement, en particulier au cours de leurs premiers mois et à leur réveil au milieu de la nuit
  • aide les bébés à mieux dormir la nuit (parce qu’ils se réveillent plus souvent avec une durée d’allaitement plus courte, ce qui peut entraîner une plus grande quantité de sommeil toute la nuit)
  • aide les parents à retrouver la proximité de leur bébé après la séparation de leur bébé pendant la journée de travail.
    Mais les risques de partage du lit sont-ils supérieurs aux avantages ? C’est ce que nous allons voir maintenant.

En savoir plus la vaccination

Est-ce que partager son lit avec son enfant est sûr ?

Dans certaines cultures non occidentales, le partage des lits est courant et le nombre de décès de nourrissons qui y sont associés est inférieur à celui observé en Occident. Les différences de matelas, de literie et d’autres pratiques culturelles peuvent expliquer le risque moins élevé dans ces pays.

Malgré les avantages possibles, divers groupes médicaux américains conseillent aux parents de ne pas placer leurs bébés dans des lits d’adultes en raison de risques graves pour la sécurité. Le partage du lit met les bébés à risque d’étouffement, d’étranglement et de mort subite du nourrisson. Des études ont montré que le partage des lits était la cause la plus fréquente de décès chez les bébés, en particulier ceux âgés de 3 mois et moins.

Un lit pour adulte présente de nombreux risques pour la sécurité d’un bébé, notamment:

  • suffocation d’un matelas mou, d’une mousse à mémoire de forme, d’un lit d’eau ou d’une literie lâche ou molle telle que des oreillers, des couvertures ou des édredons
  • piégeage et suffocation lorsqu’un bébé est coincé ou coincé entre un matelas et une tête de lit, un mur ou un autre objet
  • strangulation dans un cadre de lit qui permet à une partie du corps d’un nourrisson de traverser une zone tout en emprisonnant la tête du bébé ou depuis des cordes pendantes

Parmi les nourrissons plus âgés (âgés de 4 à 12 mois) décédés des suites d’un partage de lit, la présence d’un article supplémentaire (comme un oreiller ou une couverture) sur le lit augmentait le risque de décès. Les bébés devraient toujours être placés pour dormir sur le dos sur un matelas ferme sans oreillers, couvertures, jouets, animaux en peluche ou autres objets.

En raison des risques encourus, l’American Academy of Pediatrics (AAP) déconseille le partage du lit. L’AAP recommande la pratique du partage de chambre sans partage de lit. Outre les risques potentiels pour la sécurité, le fait de partager un lit avec un bébé empêche parfois les parents de bien dormir la nuit. Et les bébés qui dorment avec leurs parents apprennent à associer sommeil avec le fait d’être proche d’un parent dans le lit des parents, ce qui peut devenir un problème à l’heure de la sieste ou lorsque le bébé doit s’endormir avant que le parent ne soit prêt.

Découvrez l’alimentation de bébé mois par mois :

Comment partager sa chambre avec son bébé en toute sécurité ?

bébé

Pour éviter les risques de partage du lit tout en profitant des avantages du partage de la chambre, les parents ont beaucoup d’options. Pour garder votre petit près de vous, mais pas dans votre lit, vous pouvez:

  • Placer une nacelle, une cour de récréation ou un berceau à côté de votre lit. Cela vous permet de conserver cette proximité souhaitée, ce qui peut être particulièrement important si vous allaitez. Avoir un bébé qui dort dans un espace séparé dans la même pièce que la mère réduit le risque de mort subite du nourrisson.
  • Penser à utiliser un lit de chevet, qui s’attache à votre lit pour vous permettre, ainsi qu’à votre bébé, d’être côte à côte mais sur une surface séparée. La CPSC a recommandé des normes de sécurité pour les dormeurs de chevet, mais aucune étude n’a été menée pour savoir si ces dispositifs préviennent la mort subite du nourrisson et d’autres décès ou blessures liés au sommeil.

Comme vous l’avez vu, il n’est pas recommandé de dormir avec son bébé dans le même lit, des risques certains existent. Mieux vaut donc partager la même chambre mais pas le même lit !

4 pensées sur “Est-ce une bonne idée de dormir avec son bébé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *