Taux d’oxygène dans le sang : ce qu’il faut savoir

4.5/5 - (2 votes)

Etourdissements, maux de tête, essoufflements, rythme cardiaque et respiratoire trop rapide … tout cela peut être le signe d’un manque d’oxygène dans le sang. C’est un fait auquel nous n’apportons pas assez d’importance et pourtant, un taux d’oxygénation faible peut générer de nombreux disfonctionnements au sein de l’organisme. Comment peut-on savoir sa saturation en oxygène et que faire pour l’augmenter ?

L’oxygène dans notre organisme

L’oxygène dans notre organisme

Avant toute chose, faisons le point là-dessus. L’oxygène que nous respirons est véhiculé à travers l’organisme par le sang. Environ 20 % de cet oxygène va au cerveau. Les tissus et les organes qui ne sont pas correctement oxygénés meurent petit à petit d’où l’intérêt de toujours avoir une saturation d’oxygène normale.

A lire aussi – Entretenir son cerveau en sept astuces

En même temps que le transport d’oxygène, le sang se charge aussi de véhiculer le dioxyde de carbone vers les poumons afin qu’il soit éliminé. Lorsque le sang n’est pas correctement oxygéné, notre organisme stocke plus de dioxyde de carbone que d’oxygène. C’est la source de nombreuses maladies.

Trois conditions sont requises pour que le taux d’oxygène soit normal :

  • L’air qu’on respire contient assez d’oxygène : ce n’est pas le cas des espaces confinés et des lieux trop pollués.
  • Les poumons sont capables d’inhaler de l’air (de l’oxygène) et d’exhaler du dioxyde de carbone. Bien que ce soit une fonction innée, elle peut être altérée chez certaines personnes.
  • Le système sanguin circule normalement, est capable de recueillir l’oxygène inhalé et de le véhiculer à travers l’organisme. Là encore, cela doit être inné, mais des altérations peuvent aussi survenir pour diverses raisons.

Lire aussi – La communication cerveau-corps est indispensable pour notre santé

Qu’entend-on par saturation d’oxygène normale ?

Les experts médicaux ont établi divers niveaux d’oxygénation du sang. Voici ce qu’il en est :

  • Niveau d’oxygène dans le sang situé entre 95 et 100 % : taux normal ce qui signifie que la personne est en bonne santé. Aucun traitement spécifique.
  • Niveau d’oxygénation compris entre 88 et 92 % : taux d’oxygénation faible pour les personnes en bonne santé, mais normal pour les personnes qui souffrent d’une maladie pulmonaire obstructive chronique. Une surveillance médicale s’impose.
  • Niveau d’oxygénation compris entre 85 et 94 % : on parle d’hypoxie. Une oxygénothérapie doit être mise en place.
  • Niveau d’oxygénation inférieur à 85 % : c’est un état qualifié de « gravement hypoxique ». Un supplément d’oxygène doit être fait dans l’immédiat.

Notez qu’en cas de taux d’oxygène insuffisant, un traitement doit être établi. Sans traitement, les symptômes peuvent s’aggraver ainsi que l’état de santé du patient.

Lire aussi – Comprendre le fonctionnement du cœur pour mieux en prendre soin

Comment connaître son taux d’oxygène dans le sang ?

Si vous ressentez quelques-uns des symptômes cités ci-dessus, vous pouvez consulter votre médecin pour connaître votre taux d’oxygénation dans le sang. Diverses méthodes existent pour le mesurer, mais les plus courantes sont :

  • L’utilisation de l’oxymètre de pouls :

Le médecin installe un petit appareil sur votre majeur afin de détecter si l’oxygène est bien réparti dans votre organisme. C’est un test non invasif qui ne demande que quelques minutes. Certains appareils peuvent être utilisés à domicile.

  • Le test des gaz du sang artériel (GSA) :

Il a pour objectif de vérifier la quantité d’oxygène et de dioxyde de carbone dans le sang. Ce test nécessite une petite piqûre pour prélever un peu de sang. Elle peut se faire au niveau du poignet, de l’aine ou de l’intérieur du bras. Les résultats sont obtenus au bout d’une quinzaine de minutes.

Que faire pour augmenter le taux d’oxygène dans le sang ?

Que faire pour augmenter le taux d’oxygène dans le sang ?

Si après examen, il a été découvert que votre taux d’oxygénation dans le sang est faible, voici ce que vous pouvez faire pour l’augmenter naturellement :

Faire de l’exercice de manière régulière

Un niveau d’oxygénation insuffisant signifie que vous avez déjà un peu de mal à respirer, mais ce n’est pas une raison pour ne pas faire du sport. On ne vous demande pas de courir le marathon, mais de faire quelques exercices à votre portée et de préférence, des activités en plein air. Vous devez y aller doucement afin de renforcer petit à petit votre endurance et votre force.

Vous pouvez commencer par de marche d’une vingtaine de minutes tous les jours. Au fil des jours, vous sentirez quelques améliorations et pourrez alors basculer vers de la marche rapide, du jogging … Pensez aussi à vous déplacer à vélo pour faire vos courses, car c’est un moyen de locomotion à la fois pratique et bénéfique pour la santé.

Découvrez les bienfaits du vélo

Installer des plantes d’intérieur à la maison

Les plantes augmentent la quantité d’oxygène dans l’air. En installer à la maison, surtout dans les pièces à vivre est alors une excellente idée pour toujours avoir assez d’oxygène à respirer, à plus forte raison si on vit à plusieurs.

Parmi les variétés existantes, choisissez (évidemment) des plantes d’intérieur, car elles peuvent s’épanouir sans devoir être exposées à la lumière du soleil. Certaines espèces produisent plus d’oxygène que d’autres. Celles à privilégier, surtout pour la chambre à coucher sont :

  • La lavande
  • La valérianne
  • L’aloe vera
  • La sansevieria
  • Le gardénia
  • Le gerbéra
  • Le jasmin

Et bien d’autres encore. Avant de choisir une plante d’intérieur, informez-vous sur ses vertus pour ne pas tomber sur des variétés toxiques.

Lire aussi – Et les meilleures plantes médicinales sont …

Manger des aliments riches en fer

Le fer apporte plus d’énergie. Cela vous poussera à faire plus d’exercice et à être plus dynamique. Par voie de conséquence, votre sang sera mieux oxygéné.

Arrêter de fumer

Cela tombe sous le sens. La fumée réduit grandement l’oxygène dans le sang donc il est conseillé d’arrêter la clope surtout si on vous a diagnostiqué une maladie pulmonaire. De même, le tabagisme passif est néfaste donc éloignez-vous des personnes qui fument pour ne pas être exposées à la fumée qu’elles rejettent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.