Tout sur la greffe de gencive

(Mis à jour le: 15 février 2019)
Evaluer cet article

A priori, se faire greffer de la gencive n’est pas une intervention en chirurgie esthétique des plus courantes. Néanmoins, cette technique permet de retrouver un beau sourire tout en préservant les dents concernées par un déchaussement de la gencive. Cette opération peut être assortie de quelques douleurs, mais ne fait pas partie des interventions prises en charge par l’Assurance maladie.

Greffe de gencive : dans quel cas ?

La greffe gingivale est une pratique recourue par votre praticien lorsque vos dents sont déchaussées. Mise à nu, la racine devient visible car il y a eu rétraction de la gencive. Si vous ne faites rien pour y remédier, ce déchaussement risque de s’aggraver au point de vous faire perdre votre dent. Toutefois, la greffe de gencive n’est en recours que lorsque le patient ressent vraiment de la gêne. Douloureuse, cette technique n’est pas envisagée tant que la rétractation n’a pas d’incidence sur la dent. Lorsque la douleur due au déchaussement est très intense ou quand la dent est menacée, la greffe gingivale est la meilleure solution.

Pourquoi nos gencives se rétractent-elles ?

 

Tout sur la greffe de gencive

L’une des premières causes du déchaussement de la dent est l’âge. En effet, au fil du temps, la gencive s’affine, car étant mal irriguée et moins réactive. Cette rétractation provoque la mise à nu de la racine de la dent, ce qui entraine une gêne ou de l’hypersensibilité par rapport au choc thermique. À terme, la dent risque de tomber. Par ailleurs, les déchaussements des dents peut être dû à des habitudes involontaires ou tics, comme le fait de ronger les ongles, de grincer les dents ou de consommer trop souvent du chewing-gum. Dans certains cas, le retrait des gencives peut être d’origine traumatique : le brossage trop énergique ou à l’aide d’une brosse à dent mal adaptée, ou encore une ancienne chute de dents. Lorsqu’une personne subit des traitements orthodontiques, il y a des risques que la gencive se mette ensuite à se rétracter, auquel cas le patient devra porter un appareil d’orthodontie. En outre, d’autres facteurs comme un défaut d’hygiène ou la consommation de tabac, peuvent également causer le déchaussement des dents.

Lire aussi : 

Greffe de gencive : déroulement de l’opération

Préalablement à toute opération de greffe gingivale, le patient doit adopter de nouvelles habitudes, notamment au niveau des soins bucco-dentaires. On ne peut procéder à ce type d’intervention tant que les meilleures conditions d’hygiène ne sont pas respectées. En effet, un patient qui ne rectifie pas ses habitudes d’hygiène dentaire peut être sujet à des récidives.

Généralement, la greffe gingivale est réalisée dans un bloc aseptisé. Effectuée sous anesthésie locale, elle peut durer jusqu’à deux heures. Une pré-médication peut s’avérer nécessaire lorsque le patient a trop de craintes sur le déroulement de l’opération. Dans un premier temps, après l’anesthésie locale administrée sous forme de piqûre, le chirurgien-dentiste procèdera à un détartrage puis un polissage des racines. Cela va permettre d’éliminer tous les germes incrustés sur les dents et les gencives. Par la suite, la gencive concernée sera préparée pour recevoir le greffon et le praticien va réduire l’épaisseur à la surface devant recevoir la greffe. Cette préparation de surface va permettre de favoriser l’accrochage du greffon. Pour ce faire, le praticien utilise généralement des petites curettes ou un bistouri. Lorsque la racine a été convenablement nettoyée et préparée, elle peut recevoir le greffon. La quantité à prélever sera plus ou moins importante et dépendra de la partie à greffer.

Dans tous les cas, la surface du greffon doit être supérieure à celle de la partie à greffer. Le prélèvement se fera sur le périoste ou en-dessous de celui-ci. Le périoste est une membrane recouvrant les os et le prélèvement est réalisé avec un petit bistouri. La zone du palais sujette au prélèvement se cicatrisera assez rapidement et cette cicatrisation est identique à celle d’une égratignure toute simple ou d’une cloque. Le greffon prélevé sera posé sur la zone à greffer grâce à une fine couture. Généralement, les fils utilisés sont auto-résorbables. Le moment de la suture du greffon est un moment primordial, car le greffon ne doit pas bouger afin que la greffe puisse prendre correctement. Le recouvrement de l’ensemble et le maintien du greffon à sa place se fait à l’aide d’un pansement qui se présente sous la forme d’un chewing-gum.

Et après l’opération ?

soins dentaires

Après une greffe gingivale, le plus important est d’éviter toute infection. Pour cela, le chirurgien-dentiste peut être amené à prescrire des antibiotiques et le traitement dure en général cinq jours. Si les premiers jours suivant l’opération vous ressentez de trop fortes douleurs, vous pourrez prendre des antalgiques (médicaments à base de paracétamol) ainsi que des anti-inflammatoires.

Dans la plupart des cas, le patient ressent forcément des douleurs après l’intervention. Les douleurs concerneront notamment la zone du prélèvement et peuvent s’étendre sur une quinzaine de jours. Dans la zone du palais, il y aura un début de bourgeonnement sur la partie où le greffon a été prélevé. Habituellement, la période de cicatrisation intégrale peut atteindre trois ou quatre mois.

Une fois la gencive greffée, une visite chez votre praticien sera nécessaire quelques jours après l’opération. Celui-ci va s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes particuliers et que le greffon est en train de prendre. Un greffon rejeté est toujours ressenti par le patient. En effet, la muqueuse aura l’aspect d’une zone inflammatoire et des douleurs plus ou moins importantes apparaîtront.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *