Santé : la méditation est-elle bénéfique pour le cerveau ?

(Mis à jour le: 24 janvier 2019)
Evaluer cet article

La méditation, on en parle beaucoup, surtout aux États-Unis, mais sait-on seulement de quoi il retourne réellement ? Les scientifiques se sont donc emparés du sujet pour l’étudier plus en profondeur et déterminer tous ses bienfaits sur notre santé.

La méditation et le cerveau

Les chercheurs de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) ont mené de nombreuses études concernant la méditation et ils ont pu déterminer qu’elle a des effets positifs sur notre cerveau.

Si les chercheurs se sont intéressés à la méditation, c’est avant tout parce qu’elle permet de percer la neuroplasticité du cerveau et de mieux comprendre les bases physiologiques de la méditation. Les électroencéphalogrammes et les scanners leur ont donc permis d’étudier la dynamique et le cerveau pendant une méditation.

Résultat : certaines fonctions cérébrales ont connu une nette amélioration.

Pour Richard Davidson, les études qu’il a menées avec son équipe leur ont permis de déterminer que lorsqu’un individu pratique intensément la méditation de pleine conscience, il a la capacité de maintenir son attention plus longtemps sur un objet sans être distrait.

Une autre étude a aussi montré que la compassion chez les personnes qui méditent renforce la synchronisation des ondes cérébrales entre des zones très éloignées du cerveau.

Lire aussi – Comment booster son cerveau?

La méditation n’a-t-elle que des avantages ?

 

santé

Il a été prouvé que la méditation joue un rôle majeur dans le traitement de la dépression, en psychiatrie, pour réduire le stress et pour améliorer certaines fonctions de notre cerveau. Toutefois, il faut quand même se méfier du phénomène, car la méditation ne marche pas à tous les coups. Le groupe de l’université de Davis en Californie a par exemple mené une étude sur l’expérience méditative et ils ont pu déterminer que 3 mois de méditation intensive affectent les télomérases, des enzymes qui nous protègent du vieillissement cellulaire. Le Dr Perla Kaliman de Barcelone a aussi déduit que la méditation de pleine conscience réduit l’expression des gènes responsables de l’inflammation. Quant à ses prises sur l’augmentation de la conscience, les chercheurs ne peuvent encore l’affirmer jusqu’ici.

Pour Willoughby Britton, une chercheuse à la Brown University, la méditation doit être prise au sérieux et surtout, n’est pas recommandé à tout le monde. En effet, elle a pu déterminer que quelques personnes qui ont médité de manière intensive ou qui souffraient de problèmes psychologiques ont développé par la suite des problèmes psychiatriques. Ceci semble indiquer que malgré ses bienfaits, la méditation n’a pas que des atouts, mais il faut aussi voir sur qui on l’utilise.

La méditation et les autres thérapies

La méditation sert aujourd’hui de thérapie pour de nombreuses maladies, mais lorsqu’on la compare avec d’autres formes de thérapies, comme la thérapie musicale, l’exercice physique ou encore la diététique, les chercheurs ont pu déterminer des points communs. Toutefois, la méditation agit plus sur le stress social et la réponse inflammatoire.

Lire également – Entretenir son cerveau en sept astuces

La méditation est-elle prise au sérieux dans le milieu scientifique ?

Il faut savoir que la méditation tire son origine de la religion Bouddhiste. Toutefois, il n’est plus aujourd’hui nécessaire de devenir bouddhiste pour s’y adonner, car il s’agit d’une pratique libre et sans conditions. Depuis que le dalaï-lama a dévoilé les secrets de la méditation au Mind & Life Institute, le phénomène a commencé à prendre de l’ampleur et les scientifiques ont alors commencé à s’y intéresser. D’abord, ils ont mené une quête afin de savoir les effets de la méditation sur le stress, la douleur chronique, la rechute dans la dépression, les sautes d’humeur, … et petit à petit, les études se sont tournées vers d’autres horizons comme les sciences cognitives, la biologie moléculaire, la génétique, … On parle même d’utiliser la méditation dans l’éducation, le monde carcéral et les applications sociétales.

On peut alors dire que la méditation est aujourd’hui prise au sérieux et surtout dans le milieu scientifique. Il nous reste toutefois à découvrir tous ses bienfaits.

Le Mind & Life Institute et la méditation

 

méditation et le cerveau

Il s’agit d’un organisme bouddhique que l’on considère un peu comme la source de la méditation. Les gens s’interrogent alors si le fait de méditer ne nous pousserait pas à intégrer la religion. Selon les chercheurs, le Mind & Life Institute promeut une recherche de qualité sur la méditation. Il ne promeut aucunement sa religion et encore moins ses valeurs. Le prosélytisme n’est donc pas à craindre sans toutefois baisser sa garde.

La méditation : une technique de neurofeedback

La méditation est considérée comme une technique de neurofeedback qui permet aux méditants d’interagir avec les ondes cérébrales par le son, l’image et l’électricité et tout cela, grâce à l’électroencéphalogramme. Elle peut donc être considérée comme une manière naturelle d’amplifier nos capacités cognitives, même si ce n’est pas son but premier.

Une méditation pour chaque individu

Il est vrai que tout le monde est libre de méditer, mais pour en ressentir les effets bénéfiques, il faudrait déjà savoir quel type de méditation convient à telle personne et comprendre la méthode proposée. C’est ce que les scientifiques essaient de promouvoir, car selon eux, il n’y a pas qu’une seule forme de méditation. Il faut donc adapter le bon type pour un individu précis et c’est ce qui fait, aujourd’hui encore, la difficulté de l’étude.

La méditation est-elle une science contemplative ?

Oui, elle est considérée comme telle et rejoint alors la catégorie du yoga, des pratiques contemplatives chrétiennes et bouddhiques, … Toutefois, il faut toujours souligner qu’on ne connaît pas encore tous ses secrets.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *