Les facteurs de risque de la phlébite

Il ne faut pas croire que la phlébite est une simple varice. C’est un réel problème médical et si elle est négligée, elle peut entraîner de graves conséquences. Certes, les personnes sujettes aux jambes lourdes y sont plus exposées, mais il ne faut pas non plus se dire qu’on est à l’abri de la phlébite. Plusieurs facteurs peuvent nous y conduire, notamment le soleil, la chaleur, l’altitude, la grosse, un travail debout prolongé.

La phlébite, kesako ?

Appelée également la thrombose veineuse, la phlébite est la maladie associée à la présence d’un caillot sanguin dans une veine. On a la phlébite superficielle ou la paraphlébite pour laquelle le caillot se forme dans une veine superficielle sous la peau. Elle n’est pas si grave, car le sujet ressentira moins la douleur avec un simple traitement anti-inflammatoire. Avec une phlébite profonde, il y a de quoi s’inquiéter, car le caillot se développe dans une veine profonde, près des artères et le caillot lui-même est plus gros. Dans le pire des cas, le caillot se fragmente, se détache de la paroi veineuse, se déplace en suivant le flux sanguin et peut atteindre le cœur et les branches des artères pulmonaires. S’il bloque les artères pulmonaires, on aura sûrement des problèmes respiratoires.

La paraphlébite peut être asymptomatique, mais on peut tout de même détecter la formation d’un caillot dans les veines. Dans ce cas, la zone touchée est douloureuse, rouge et endurée. Il peut aussi que la varice se présente sous forme d’un cordon rouge et chaud. S’il s’agit d’une phlébite profonde, on ne peut pas le rater. Le sujet peut ressentir une douleur au mollet qui peut apparaître de façon spontanée et/ou à la palpation ou une sensation de « jambes lourdes ». Il peut aussi avoir un œdème ou un gonflement du mollet. La zone touchée peut aussi être bleuâtre ou violette et chaude au toucher.

Les fortes chaleurs

Lorsque les premières grosses chaleurs arrivent, les veines se dilatent et le retour veineux ne se fait pas correctement, ce qui augmente le risque de formation du caillot. Même si à ce stade, on ne parle pas encore de phlébite, les pieds, les chevilles et les cuisses peuvent être gonflés et les jambes, elles, vont être lourdes et douloureuses.

Pour moins s’exposer à la phlébite, on peut prendre quelques précautions. Privilégiez par exemple les chaussures bien aérées. Si vous devez porter des chaussures fermées, évitez celles qui sont trop serrées et aussi les chaussettes qui serrent la cheville. Le soir, lorsque vous prenez votre douche, commencez par une douche froide sur les jambes, ceci va relancer la circulation. En sortant de la douche, accordez-vous un petit massage des pieds jusqu’en haut de la cuisse. Si vous en avez, utilisez une crème anti-jambes lourdes. Lorsque vous allez vous coucher, mettez un coussin en dessus des pieds pour qu’ils soient surélevés. Vous pouvez le retirer au bout d’une quinzaine de minutes.

Il faudra aussi que vous revoyiez votre alimentation. Ajoutez dans votre menu des aliments riches en antioxydants comme les fruits secs, du poisson gras, de l’huile d’olive, des céréales et des mûres. Mettez également des aliments riches en oligoéléments. Vous pouvez par exemple combler votre besoin en sélénium en consommant des noix ou des fruits de mer. Mangez du camembert pour avoir du manganèse et des carottes et des lentilles pour avoir du cobalt.

Lire aussi – Climatisation et santé : quelques précautions à prendre lors de l’utilisation

facteurs-de-risques-phlebite

La grossesse et l’alitement

Les médecins prescrivent souvent aux femmes enceintes des bas de contention pour éviter les complications du mauvais retour veineux. Les personnes qui doivent se retrouver au lit pour plusieurs jours reçoivent cette prescription. Certains pourront se plaindre de l’inefficacité de ces bas de contention. Ils ne seront pas efficaces s’ils ne sont pas ajustés à votre taille et seulement si le degré de contention est adapté à votre situation.

Vous pouvez vous dire qu’il n’est pas très esthétique de porter des bas de contention. Trouvez-vous un modèle qui vous correspond, que ce soit sur la couleur, le motif et le type. En effet, sur le marché, on peut trouver des bas de contention en chaussettes, en bas, en mi-bas ou en collants. Un modèle peut vous tenir jusqu’à trois mois et pour son lavage, choisissez un mode à 30°C et dans un filet.

A découvrir – Grossesse : la canicule peut engendrer un accouchement précoce

Les longs voyages

Il n’y a pas que les longs voyages en avion qui peuvent nous donner cette sensation de jambes lourdes. On peut aussi y être exposé lorsqu’on prend le train ou la voiture, tant que le voyage fait plus de sept heures non-stop. C’est pour éviter la phlébite qu’il est recommandé de porter des bas de contention et de bouger régulièrement pendant le voyage. Dans le train ou l’avion, vous pourrez vous lever pour marcher un peu. Levez-vous, marchez et étirez-vous pendant une dizaine de minutes tous les heures. Ces petits exercices vont vous permettre d’améliorer le retour veineux au niveau des jambes, ce qui va vous éviter la phlébite et cette sensation de jambes lourdes.

Pour un voyage de plus de douze heures, il est conseillé de choisir des contentions de classe 3. C’est aussi le type de contention à prendre si vous avez des antécédents de phlébite ou de varices. Pour ces personnes, il est également possible de suivre un traitement avec des veinotoniques avant le départ. Si vous prenez l’avion, il faudra aussi éviter toute mauvaise habitude qui dilate les veines et qui diminue le retour veineux. Vous devez par exemple porter des vêtements amples, boire régulièrement de l’eau et non de l’alcool et éviter de croiser les jambes.

Dossier – Zoom sur la médecine traditionnelle chinoise

facteurs-de-risques-phlebite

Autres facteurs de risques de phlébite

La phlébite arrive lorsque le sang ne circule pas correctement dans les veines. C’est le cas des personnes âgées qui perdent une partie ou l’intégralité de leur autonomie et des personnes atteintes de la paralysie. Il y a aussi des maladies qui gênent le retour veineux vers le cœur comme l’insuffisance cardiaque. Les personnes dont la capacité de coagulation est déséquilibrée sont aussi plus exposées à la phlébite. Les femmes enceintes et les femmes prenant des oestrogènes, des corticoïdes ou des contraceptifs hormonaux ont un déséquilibre du système de coagulation, ce qui explique que certaines ont des varices.

Découvrir également – Top des aliments qui font grandement du bien au moral

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *