Les avantages des huiles végétales sur la santé

(Mis à jour le: 25 décembre 2018)
Evaluer cet article

Les graisses alimentaires polyinsaturées ou encore appelées oméga-6 sont des huiles que l’on retrouve en grande proportion dans les huiles végétales de plusieurs matières comme le maïs, le colza, le tournesol, le pépin de raisin ainsi que dans les céréales, graines, oeufs, viandes, poissons et les produits laitiers.

La commercialisation de ces graisses ont commencé en 1950 et ont depuis engrangé un grand succès auprès des consommateurs pour leur vertu connue bénéfique pour la santé et surtout pour le coeur.

Les graisses végétales riches en oméga-6 ont alors révolutionné l’alimentation au niveau mondial et sont devenues des éléments clés à nos recettes et menus. Pourtant, cette consommation devenue quotidienne de ces matières fait aujourd’hui l’objet des préoccupations des scientifiques qui en décèlent un véritable danger pour l’organisme. En effet, le danger s’appelle inflammation de bas grade qui peut s’étendre rapidement, sans qu’on le sache, à tout l’organisme et pouvant provoquer l’apparition de plusieurs maladies graves notamment celles reliées au coeur, des cancers et la maladie d’Alzheimer. Si, en plus la personne émet une carence en oméga-3 qui est une substance anti-inflammatoire, ces maladies s’intensifieront plus facilement.

Lire aussi – Menu du jour : les 10 aliments à manger au quotidien

Selon les résultats d’une étude parue dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, puis repris par le magazine Psychomédia dans un de ses articles, les huiles végétales qui contiennent beaucoup d’oméga-3 présenteraient des bienfaits pour la santé.

des huiles végétales

D’après les auteurs de cet article, les bienfaits de l’oméga-6 sur la santé se manifestent par la réduction du taux de cholestérol dans le sang d’abord et ils affirment également qu’il ne provoque aucun effet négatif sur la santé et ne se trouve pas à l’origine de l’augmentation des marqueurs sanguins d’inflammation. Or, en plus d’être présent dans tous les plats d’aujourd’hui, l’oméga-6 est aussi incorporé dans de nombreux produits industriels usuels comme les biscuits, les glaces, les sauces, les chips, les frites et autres alors que le taux de maladies cardiaques ne s’est pas régressé pour autant. C’est pour cela que les scientifiques s’inquiètent sérieusement sur la promotion trop excessive de cette substance qui aujourd’hui est à l’origine d’un rapport omega-6/omega-3 pouvant atteindre 25 à 50 chez les grands consommateurs alors qu’au-delàs de 5, ce rapport conduit déjà à un haut risque d’inflammation.

Le monde de l’industrie des huiles a connu une histoire plus ou moins intéressante depuis l’année 1950. En effet, les premières industries d’huiles alimentaires qui existaient étaient celles qui se spécialisaient en huiles exotiques de palme et de coprah et en graisses animales. Puis vient l’industrie d’huile alimentaire à base de soja qui a tout de suite voulu prendre le règne sur le marché des huiles alimentaires. Pour arriver à ses fins, la société use de la ruse mais également de fraudes en tous genres pour disqualifier les deux premières marques du marché. Falsification, calomnie, mensonge, désinformation et autres mauvaises actions ont été entrepris à l’encontre des industries animales et exotiques pour faire paraitre leurs produits comme néfastes à la santé et donc au profit du sien qui est devenu la marque santé du moment. Plusieurs scientifiques ont été soudoyés afin d’affirmer la chose, des fausses informations qui ont été découvertes plus tard par d’autres scientifiques. D’ailleurs, plusieurs laboratoires ont dû payer des amendes pour diffamation et pour pratiques frauduleuses.

Depuis, le marché des huiles est devenu de plus en plus resplendissant pour afficher le même succès encore aujourd’hui. Ce succès est d’autant plus renforcé par l’industrie pharmaceutique.

En conséquence des informations mensongères de l’industrie de soja, les huiles exotiques et les graisses animales ont été presque bannies des sacs de marché des consommateurs pendant que celle qui était à l’origine de cette décadence se retrouve en premier choix sur la liste des marchés de la population. Cependant, l’histoire risque de se répéter actuellement mais, cette fois-ci au dépens de l’industrie d’huile alimentaire de soja que les scientifiques ont depuis peu pointé du doigt pour les idées fausses qu’elle a publié en ce temps.

Lire également – Santé des seniors : leurs besoins alimentaires

Pour en revenir aux inquiétudes des scientifiques sur le dangereux rapport entre les oméga-6 et les oméga-3, on est venu à une conclusion sur une consommation en trop grande quantité de graisses oméga-6. Malgré cela, le retour sur les graisses animales de viande, poisson, beurre, …est aussi remarquée ainsi qu’une baisse en oméga-6, une situation qui sera sûrement regardée du mauvais oeil par l’industrie d’huilerie alimentaire de soja et qui suscitera sans en douter une réaction de sa part. Une étude minutieuse de la publication du Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics est donc nécessaire.

Le premier moyen de vérifier la véracité des résultats d’une étude scientifique est de vérifier si aucun des scientifiques en question ne travaille pour le compte de l’industrie qui fabrique le produit à étudier et alors de mettre le point sur l’existence d’un quelconque conflit d’intérêt ou d’une influence financière envers un des acteurs. On pourra aussi vérifier si des études indépendantes ont amené à un même résultat.

La remarque que l’on a pu relever sur l’étude concerne alors l’acteur principal qui est un consultant auprès de deux lobbies agro-alimentaires : d’abord le Mosanto qui est une entreprise américaine dont les activités concernent les pesticides, les herbicides et les semences OGM à base de colza, de maïs ou encore de soja ; et la deuxième est le Bunge Limited qui trouve ses principales activités dans l’agriculture notamment dans la culture de fertilisants, de graines en plus d’être un producteur d’huiles riches en oméga-6.

Il faut savoir que le Bunge Limited est à l’origine, avec plusieurs autres, de la déforestation d’une grande superficie de la forêt amazonienne afin d’y planter du soja, une société qui a même fait l’objet d’une plainte de l’agence de protection de l’environnement.

Afin de protéger ses arrières, l’industrie de soja prépare déjà sa défense en produisant des huiles riches en oméga-9 issu de soja, de carthame, de maïs et de tournesol contenant une moindre quantité d’oméga-6. Et elle ne cesse de raconter des mensonges jusqu’à aujourd’hui puisqu’elle affirme que les palmiers polluent l’atmosphère et que la graisse animale peut boucher les artères.

Les résultats de plusieurs études indépendantes ont apportées les résultats très intéressants.

D’abord, le corps humain doit être composé de 50 % de graisses saturées, 40 % de graisses mono-insaturées et de 10 % seulement de graisses polyinsaturées dans ses quelques centaines de milliards de cellules. Si ces proportions sont changées, par exemple, dans le cas d’une augmentation de graisse oméga-6 ou une diminution de graisse saturée, cela provoque l’apparition de plusieurs maladies comme les allergies et l’asthme.

Ensuite, notre corps doit subir un apport d’acide linoléique depuis l’alimentation. C’est un oméga-6 qui est important pour le bon fonctionnement de l’organisme mais qui peut être apporté par seulement 3 % de l’apport calorifique total et les produits animaux d’une alimentation normale.

A part cela, l’acide alpha-linoléique doit être approvisionné de la même manière mais dans ce cas, seulement 1,5 % au maximum de l’apport calorifique le concerne.

Omega

Sachez aussi que les graisses oxydées sont les premiers dangers de notre organisme. Or, les oméga-6 représentent le type de graisse le plus oxydable. Leur oxydation est facilitée depuis leur extraction de leur matière d’origine, par exemple, le tournesol. Ce phénomène commence alors depuis la production de l’huile et continue tout au long de leur vie. Lors de la consommation de l’huile, les graisses oméga-6 oxydent aussi les autres graisses et les cellules. Le phénomène est d’autant plus ressenti dans le grand commerce qui chauffe d’abord les graines avant leur utilisation, ce qui provoque un début d’oxydation sur les oméga-6 et les oméga-3.

Les huiles sont surtout utilisées en cuisine et donc chauffés à haute température. Ceci provoque l’oxydation encore plus intense des oméga-6 qui en plus, contiennent à 5 % de graisses « Trans » qui accélèrent aussi l’oxydation.

En ce qui concerne le cholestérol, il n’est pas à l’origine des problèmes cardiaques mais c’est sa dénaturation à cause des graisses oxydées qui provoque le phénomène néfaste et donc l’accélération du vieillissement des artères.

Enfin, les études indépendantes ont amené à comprendre que les graisses animales et les huiles exotiques ne peuvent pas s’oxyder facilement puisqu’elles contiennent des antioxydants qui ne permettent pas l’oxydation des oméga-6 et des oméga-3. Ces matières contiennent également des oméga-6 et des oméga-3 mais en proportions utiles.

En conclusion à ces études, on peut dire que les oméga-6 sont effectivement indispensables à l’organisme mais pour compléter la proportion nécessaire, il suffit de consommer des aliments qui en contiennent et mettre un terme sur les huiles végétales qui en sont riches. On évite ainsi de bouleverser notre équilibre interne de graisse en consommant des aliments comme les noix, les amandes, l’avocat, le beurre et les différentes viandes (porc, boeuf, oie, canard, …). Il est aussi à savoir que pour les fritures et les cuissons, la graisse animale est meilleure que les huiles végétales oxydées. L’huile d’olive en fait exception puisque c’est une substance stable. Enfin, les huiles vierges de première pression qui sont dotée d’une conservation dans des bouteilles en verre fumée sont plus conseillées puisqu’elles s’oxydent moins facilement. Les huiles vierges comme l’huile d’olive et de sésame sont à utiliser pour les assaisonnements.

L’homme a toujours consommé des graisses animales et végétales depuis son apparition sur la terre et depuis plus de 60 ans, les huiles végétales se sont faits connaitre pour être bénéfique à son organisme mais les résultats ont démontré que l’espérance de vie a surtout augmenté grâce aux progrès de la médecine, mais que la population se trouve aujourd’hui menacée par les dangers liés à l’oxydation cellulaire et à la diminution des apports de graisses essentielles sur notre organisme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *