La transpiration : ce qu’il faut savoir

(Mis à jour le: 2 février 2019)
La transpiration : ce qu’il faut savoir
4 (80%) 3 vote[s]

Transpirer est un phénomène naturel indispensable à l’organisme. Quand le corps transpire, cela signifie que l’organisme respire et qu’il réagit normalement contre diverses situations. Sans la transpiration, l’organisme ne pourrait éliminer les toxines et les mauvaises bactéries sources de diverses pathologies. Voici ce qu’il faut savoir à son sujet …

Pourquoi transpirons-nous ?

La transpiration, générée par les glandes sudoripares, permettent au corps de réguler sa température. En moyenne, la température corporelle doit être de 37°C.

Quand, suite à diverses situations (activités physiques, canicule ou chaleur, stress ou angoisse, …), la température du corps venait à grimper, les glandes sudoripares vont sécréter de la sueur pour la réduire. Dans les détails, c’est l’hypothalamus, une partie de notre système nerveux, qui en détectant une forte chaleur dans le sang va ordonner aux glandes de produire de la sueur.

Il s’agit donc d’un phénomène de climatisation naturelle que notre corps utilise pour réguler sa température. Sans la transpiration, cette dernière ne cesserait d’augmenter ce qui serait néfaste pour l’organisme.

Quel type de glandes sudoripares est concerné par la transpiration ?

transpiration

On distingue deux types de glandes sudoripares, mais tous deux contribuent à la transpiration du corps. En tout, on recense trois millions de glandes dans l’organisme humain.

  • Les glandes sudoripares eccrines :

Elles sont les plus nombreuses puisque se comptent jusqu’à deux millions. Elles sont localisées sur tout le corps, mais surtout au niveau du front, de la poitrine, des paumes de la main et des plantes des pieds. Ces glandes participent à la thermorégulation du corps et la sueur qu’elles dégagent se compose majoritairement d’eau. A celle-ci est associée de l’acide lactique et des sels minéraux. La transpiration qu’elles génèrent est inodore.

  • Les glandes sudoripares apocrines :

Elles couvrent le million de glandes restant et se localisent surtout au niveau des mamelons, de la zone ombilicale, des aisselles et de l’anus. Ces glandes sont plus volumineuses que les précédentes et elles sont évacuées par le biais d’un conduit débouchant au niveau d’un follicule pileux. Comme la sueur des glandes sudoripares eccrines, celle qu’elles dégagent se composent également d’eau, d’acide lactique et de sels minéraux, mais pas que. Elle contient aussi des phéromones, des lipides, de l’urée et de l’ammoniaque d’où l’odeur marquée qu’elle dégage.

Cette odeur est appelée bromhydrose. Elle est générée par la formation de molécules odorantes lesquelles proviennent de la dégradation de la sueur par les bactéries de la flore bactérienne de la peau.

Quels avantages offrent la transpiration ?

La transpiration apporte divers avantages dont les principaux sont :

  • Réguler la température du corps
  • Éliminer les toxines organiques et autres déchets qui circulent dans le sang
  • Hydrater la peau
  • Remplir son rôle de barrière immunologique

Globalement, elle est un signe de bonne santé à condition qu’elle ne soit pas excessive.

Que se passe-t-il si la transpiration est excessive ?

La transpiration excessive est aussi appelée hyperhidrose. Cela peut arriver chez tout le monde comme lorsqu’on souffre de fièvre ou de bouffée de chaleur, mais chez certaines personnes, elle n’est liée à aucune cause visible. Dans ce cas-là, l’hyperhidrose peut être diagnostiquée dès lors que la personne en ressent une gêne évidente.

Il faut savoir que près de 3 % de la population en souffre. Au lieu d’en faire un sujet tabou ou honteux, il est mieux de consulter un médecin afin d’y trouver une solution, car oui, il existe des traitements pour contrôler la transpiration.

Il existe deux types d’hyperhidrose à savoir :

  • L’hyperhidrose primaire : c’est celle que l’on rencontre chez la majorité des gens et qui n’est reliée à aucun problème de santé précis
  • L’hyperhidrose secondaire : celle-ci est reliée à un problème de santé ou une pathologie source de sueurs abondantes

Quelles sont les causes d’une transpiration excessive secondaire ?

hyperhidrose.

Une hyperhidrose secondaire peut être une conséquence de :

  • Une hyperthyroïdie
  • Un diabète
  • Infections diverses
  • Une hypoglycémie soudaine
  • Bouffées de chaleur occasionnées par la ménopause
  • Une exposition aigüe à un solvant chimique

Normalement, un adulte produit entre un demi-litre jusqu’à un litre de sueur par jour. Toutefois, cette production peut atteindre les 3 litres par jour si l’adulte fait du sport de manière intense ou s’il est exposé à une trop forte chaleur.

A part les pathologies citées ci-dessus, l’hyperhidrose peut également être liée au stress, à l’anxiété, à une gêne sociale, à des palpitations cardiaques ou à des rougissements. D’après des études scientifiques, dans ces situations-là, il se produit un phénomène d’hyperfonctionnement du circuit habituel généré par l’hypothalamus. D’autres circuits nerveux du cortex triangulaire antérieur y contribueraient également or, cette partie du cerveau a pour rôle de réguler les émotions.

Ainsi, quand la personne se sent gênée ou anxieuse, cette émotion va pousser les glandes à produire excessivement de la sueur. Le seul bémol c’est qu’il se produit parfois un cercle vicieux. En effet, quand une personne souffre d’hyperhidrose secondaire, cela occasionne souvent une gêne or cette gêne va favoriser la surproduction de sueur.

Quelles sont les conséquences d’une hyperhidrose ?

L’hyperhidrose, en plus d’occasionner une gêne engendre également de l’inconfort et parfois même une perte de confiance en soi tant on se sent mauvais et sale. Et d’un point de vue physiologique, elle peut entraîner :

  • une déshydratation d’où l’intérêt de boire beaucoup d’eau en cas de surproduction de sueur
  • diverses affections de la peau comme l’eczéma, les mycoses, les boutons de chaleur, les dermites de contact, les verrues, … occasionnées par l’humidité permanente dont souffre la personne
  • des affections au niveau des pieds comme la mycose des ongles et des pieds, les engelures, les verrues plantaires, … On remarque également que les personnes qui en souffrent usent plus rapidement leurs chaussures lesquelles seront comme « brûlées » par la transpiration

Comment prévenir une hyperhidrose ?

Avant de suivre un traitement médical, il est possible d’essayer de prévenir l’hyperhidrose par le biais de quelques astuces à savoir :

  • le port de vêtements adaptés : il est conseillé de privilégier les vêtements en coton, en lin et en laine et de chasser les tissus synthétiques. Pensez également à porter des vêtements larges
  • l’adoption d’une alimentation équilibrée : si possible, évitez les épices, les aliments contenant de la caféine, le tabac et l’alcool, car ils ont tendance à booster la production de sueur
  • bien faire sa toilette : il est important de bien laver les zones sujettes à l’hyper-transpiration une ou deux fois par jour et toujours avec un savon doux. Après chaque douche ou bain, séchez-vous correctement pour éviter l’apparition de mycoses à cause de l’humidité
  • l’utilisation d’absorbeurs d’odeurs dans les chaussettes et chaussures
  • l’épilation pour que la transpiration ne se fixe pas aux poils
  • le port de protections adhésives sous les aisselles : ces dernières se collent directement sur la peau pour que la transpiration n’endommage pas les vêtements
  • l’usage d’un déodorant ou d’un anti-transpirant
  • l’utilisation de techniques de relaxation pour réussir à gérer son stress

Si ces astuces ne suffisent pas pour réduire la surproduction de sueur, il est conseillé de consulter un médecin.

Que choisir : déodorant ou anti-transpirant ?

hyperhidrose main

Le choix entre un déodorant et un anti-transpirant pose souvent quelques difficultés chez certaines personnes, car ces produits n’ont pas les mêmes effets. Voici comment faire la différence :

  • le déodorant, qu’il contienne ou non de l’antiseptique, est conseillé en cas de transpiration modérée. Il sera alors utilisé en complément de la toilette. Il peut se présenter sous forme de spray, de stick ou de roll-on
  • l’anti-transpirant qui se présente sous forme de flacon à bille ou de spray avec alcool est conseillé en cas de transpiration excessive. Attention toutefois, ce type de produit ne se porte pas en journée, comme le déodorant, mais plutôt le soir, sur une peau propre et sèche et en cure de quelques jours seulement

Dans les deux cas, ils peuvent engendrer une irritation cutanée sur les peaux sensibles, car peuvent contenir des produits irritants.

Une pensée sur “La transpiration : ce qu’il faut savoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *