La gale : contagieuse, mais pas alarmante

(Mis à jour le: 5 avril 2019)

Attraper la gale est un concept honteux pour bon nombre d’entre nous et pourtant, la honte n’a pas lieu d’être. En effet, elle est certes, gênante, mais en aucun cas elle ne doit inspirer la honte étant donné que tout le monde peut en être victime. De plus, cette infection de la peau n’est pas classée dans les maladies alarmantes et n’entraîne pas d’ospitalisation.

La gale est reconnue en tant que maladie mais, contrairement à la rage ou à la rougeole, elle n’est pas source d’inquiétude. Les spécialistes de la cellule de surveillance des maladies infectieuses de la Fédération Wallonie-Bruxelles affirment même ne pas s’intéresser de trop près à la gale vu qu’on n’en entend plus parler depuis des années. D’ailleurs, une personne atteinte ne se voit pas obligée de la déclarer même si l’infection se transmet rapidement. Son mode de transmission se fait par toutes formes de contact physique.

Découvrez aussi :

gale

Dans les cas sévères, les médecins sont parfaitement capables de maîtriser l’infection et en cas d’épidémie, les foyers sont très vite localisés pour un traitement de masse efficace.

Pour rappel, la gale se définit par des démangeaisons de la peau entrainant l’apparition de petits boutons rouges. Les crises de démangeaisons se font surtout ressentir le soir. Sa période d’incubation dure dans les trois semaines. Pour soigner les boutons, l’application d’une pommade suffit.

D’après le Dr. Jacquinet et le Dr. Neczyporenko, la gale n’est pas reliée à une mauvaise hygiène de vie, car elle peut atteindre toutes les classes sociales. Il n’y a pas non plus de saison précise pour son apparition, mais elle peut survenir à tout moment.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *