La biologie humaine est le fruit du vécu de nos ancêtres

(Mis à jour le: 15 avril 2019)

On savait déjà que notre santé dépend de celle de la femme qui nous a porté dans son ventre, mais jamais on a pensé que cette interdépendance remonte à tous nos ancêtres.

En effet, dans l’ouvrage de l’anthropologue Christopher Kuzawa intitulé « Vous êtes ce que vos ancêtres ont mangé », l’interdépendance est mieux expliquée et en le lisant, on ne peut avoir de doutes. Rappelons que Christopher Kuzawa est à la fois anthropologue et chercheur à l’Université Northwester

Selon lui, les régimes alimentaires et l’environnement dans lequel ont évolué nos parents, nos grands-parents, nos arrières grands-parents et ceux qui les ont précédés reflètent notre état de santé actuelle. L’anthropologue a mené son étude sur différentes populations et chaque fois, il a pu déterminer que ce que nous sommes aujourd’hui, n’est que le fruit de ce que nos ancêtres ont vécu hier. Prendre soin de ce qu’on mange devient donc une réelle nécessité pour améliorer les générations à venir.

 

alimentation

La première chose à faire et que les nutritionnistes nous conseillent toujours est de suivre un équilibre alimentaire sain. C’est d’ailleurs la première condition à une bonne santé et si nous vivons dans cet équilibre, nos descendants, eux aussi, connaîtront les bienfaits de cela. Il est ainsi recommandé de réduire la consommation de graisses saturées dont les conséquences néfastes ne sont plus à démontrer.  Dans la biologie humaine, ces graisses entraînent diverses maladies comme le mauvais cholestérol, les maladies cardio-vasculaires, … toutefois, il n’y a rien dans sa composition qui explique pourquoi elles ont cet effet sur notre organisme.

Peut-être, suit-il seulement la logique des autres produits qui composent notre alimentation d’aujourd’hui ?

En effet, selon Christopher Kuzawa, si on rencontre aujourd’hui divers problèmes issus de notre alimentation, c’est parce que notre organisme a gardé les traces des régimes alimentaires de nos ancêtres. Régimes alimentaires qui se composaient surtout de plantes faibles en sucres et riches en fibres ainsi que de viande maigre issue de la chasse. Autrement dit, un régime qui n’a plus rien de commun avec celui que nous suivons actuellement or, notre organisme a comme une sorte de mémoire qui lui rappelle l’ancien régime. Face au grand changement, il ne peut donc que s’y adapter assez mal surtout qu’au fil des siècles, il a connu des milliers de changements. Il y a donc conflit entre hier et aujourd’hui et l’évolution rapide des temps modernes n’arrange rien vu que nos gènes connaissent une évolution lente, très lente.

Découvrez aussi :

bonne santé

C’est ce que le chercheur nomme « plasticité du développement » qui définit les gènes qui peuvent s’adapter à l’environnement. Ces gènes ont fait l’objet d’une sélection naturelle et ils ont été choisis puisqu’ils présentent les caractéristiques les plus susceptibles de réponde aux changements biologiques. Si cette sélection est faite c’est parce que notre ADN met des années à évoluer or, l’organisme se doit de s’adapter à l’évolution du mode de vie.

Par conséquence, ce que Christopher Kuzawa appelle « mémoire génétique » serait la source de nos problèmes de santé actuels comme l’obésité, le diabète et même la dépression et l’allergie. Il convient donc de faire attention à 3 régimes alimentaires différents si on souhaite améliorer la descendance à venir. Ces trois régimes sont la mémoire génétique de l’alimentation de nos ancêtres, le régime alimentaire de celles qui ont un lien plus proches avec nous (mères et grands-mères) et notre régime alimentaire actuel.

Une fois que vous prenez en compte ces régimes et que vous y adaptez votre alimentation, la santé, la longévité et le bonheur seront à la clé.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *